Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 21:02

Source : Ouest-France Sarthe 17/01/2011

 

Directeur de l'usine sabolienne, Bruno Casimir se dit satisfait des résultats de l'année écoulée et espère encore une montée en puissance en 2011.

 

Un seuil historique

40014 tonnes de production, exactement. En 2010, le fromager a franchi "un seuil historique", selon Bruno Casimir. "Ces résultats s'expliquent par une bonne tenue de l'ensemble de nos produits, qu'il s'agisse des gammes Kiri, Mini-Babybel, Boursin, etc., aussi bien en France qu'en Europe de l'Ouest ou dans des pays plus lointains."

 

Maintien du secteur de l'agroalimentaire

Comme beaucoup d'autres sociétés de l'industrie agroalimentaire, Bel n'a pas trop souffert de la crise, " même si les clients ont parfois réajusté leurs achats. Le fait de disposer de différentes marques et de différents circuits de production nous permet de mieux réguler notre activité."

Les effectifs sont restés stables avec environ 700 salariés permanents et entre 80 et 100 personnes en CDD ou en intérim.

 

Un retour sur investissement

Les investissements de près de 20 millions d'euros, réalisés entre 2007 et 2008, afin d'accroître l'automatisation et la robotisation semblent également porter leurs fruits : " Après une période de découverte et de mise au point des machines, les salariés sont en mesure de les utiliser de façon optimale".

 

Renforcer les exportations

Cette année, Bel espère encore accroître ses volumes à l'exportation et renforcer son implantation dans les pays d'Amérique du Nord et du Sud-Est asiatique, en tenant compte des spécificités locales.

Les productions de ces contrées éloignées ne partagent pas toujours les goûts des Français : "Elles aiment les produits tels que le Kiri, le Cantadou mais n'adhèrent pas trop au Port-Salut par exemple".

 

Diminuer les accidents du travail

Selon Bruno Casimir, l'entreprise enregistre une baisse significative des accidents du travail, en passant d'une moyenne de 30 à 7 par an. " Même si l'objectif de zéro accident reste difficilement atteignable, des efforts continueront à être réalisés dans ce sens. "

 

Apaiser les relations avec les producteurs de lait

En 2010, pendant la crise du lait, les producteurs se sont rappelés au bon souvenir de Bel en venant manifester à ses portes plus d'une fois. "Depuis l'accord sur le prix du lait conclu au mois de septembre, les choses se sont apaisées. J'espère que cela va durer. "

 

Nouria MOOLNA.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article

commentaires