Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 21:44

Source : Les Echos - Par Marie-Josée Cougard | 23/05 | 07:00 

Le producteur de poulets vise à réduire sa dépendance à l'égard du marché français.
Le prix des matières premières a pesé sur la rentabilité sur l'exercice 2012-2013.

Le sarthois LDC, connu pour les volailles de Loué, leader du marché français avec un chiffre d'affaires de 2,9 milliards euros, cherche très activement à réaliser une opération de croissance externe à l'étranger. L'industriel ne totalise que 15 % de son activité à l'international, en Pologne pour 97 %, le reste étant réalisé en Espagne. «  Notre dépendance à l'égard du marché français nous préoccupe », a concédé Denis Lambert, le patron de LDC, hier à l'occasion de la présentation des résultats annuels. Denis Lambert se dit prêt à faire «  une très grosse acquisition » si la cible réunit les qualités requises : qu'elle dispose d'une filière intégrée, qu'elle possède des marques, fabrique des produits élaborés et qu'elle soit bien implantée dans la distribution. Le groupe, qui dispose d'un excédent de trésorerie de 54 millions d'euros «  susceptible de monter à 100 millions en cours d'année », détient 658 millions d'euros de capitaux propres. Sa capacité d'autofinancement s'élève à 136,5 millions . «  Nous n'hésiterons pas à nous endetter si le jeu en vaut la chandelle », précise Denis Lambert. Il a reçu plusieurs propositions mais aucune ne correspondait à ses critères.

LDC, qui poursuit activement ses investigations, n'a pas hésité à se doter d'une équipe de cinq personnes spécialement dédiée à cette quête. Plusieurs pays sont susceptibles de l'intéresser, dont le Royaume-Uni, le Benelux, l'Allemagne et l'Italie, ou encore la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, voire la Turquie et ses 75 millions d'habitants. «  Les Turcs ne consomment que 16 kilos de volaille par an, alors que les Français en mangent 24 kilos », commente Denis Lambert, ce qui laisse présager d'un potentiel de croissance appréciable.

19.000 tonnes de volailles supplémentaires

LDC n'exclut pas pour autant de continuer de participer à la consolidation du marché français. L'entreprise a déjà effectué plusieurs acquisitions notables sur le marché hexagonal, dont le volailler vendéen Arrivé, le groupe agroalimentaire Marie, et plus récemment les deux sites industriels de Laval (Mayenne) et Sérent (Morbihan) de son concurrent Doux, en redressement judiciaire depuis près d'un an. Ces deux usines lui ont apporté 19.000 tonnes de volailles supplémentaires.

Au terme d'un exercice chahuté par les caprices des matières premières, le volailler sarthois se dit néanmoins «  satisfait » des résultats qu'il a enregistrés en 2012-2013. Son chiffre d'affaires a augmenté de 5,4 %, à 2,92 milliards d'euros, et le cours de Bourse a bondi de près de 13 %. Le résultat net part du groupe a progressé de 7 %, à 60,5 millions d'euros, mais la rentabilité s'est dégradée. Le résultat opérationnel a fléchi de 9 %, à 87,5 millions d'euros. Le directeur financier, Laurent Wolfrum, l'explique essentiellement par la flambée du prix des céréales, qui entrent pour 60 % dans le prix de revient des volailles. Bien que le groupe ait obtenu deux revalorisations tarifaires de 8 % au total auprès de ses clients distributeurs, il estime les avoir obtenues trop tardivement et à un niveau insuffisant. LDC a continué de gagner des parts de marché en volaille grâce aux marques Le Gaulois, Maître Coq et Loué, et se targue d'avoir remis sur les rails Marie, dont les comptes sont désormais positifs. Le pôle traiteur (pizzas et sandwichs) est toujours à la traîne avec une perte de 4 millions d'euros. En revanche, la division internationale a bien progressé grâce à la Pologne, où les ventes ont bondi de 11 % sans hausse de prix, grâce au développement de nouveaux produits comme la découpe de canard, l'oie fraîche et les conserves.

Marie-Josée Cougard, Les Echos

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article

commentaires