Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 17:35

Source Les Nouvelles L'Echo - Dernière mise à jour : 12/12/2013 à 17:18

 

Avant les fêtes de fin d’année, La Sablésienne dirigée par Amélie Loret, met en avant ses produits phares et ses nouveautés.Avant les fêtes de fin d’année, La Sablésienne dirigée par Amélie Loret, met en avant ses produits phares et ses nouveautés.

La fin d’année est active à La Sablésienne. « Il y a une quinzaine de jours, nous avons sorti une nouvelle boîte en métal illustrée par Delphine Cossais, peintre de la région nantaise », explique la directrice de la biscuiterie, Amélie Loret. « Les peintures de Delphine correspondent à l’image féminine, gourmande de la Sablésienne. Elle met beaucoup de charme et de gourmandise dans ses œuvres ». Pour la présenter à ses clients, et certainement aussi pour attirer les clients dans sa boutique avant les fêtes, La Sablésienne organise une après-midi dédicace avec Delphine Cossais, ce samedi 14 décembre, de 15 h 30 à 18 h 30.

Car Noël est une période phare pour l’entreprise sabolienne. « Le démarrage de l’activité liée à cette fête est assez fort. Les clients sont au rendez-vous », ajoute-t-elle.
En France, comme à l’international où elle compte plusieurs boutiques notamment en Asie, en Russie, à Washington et en Europe, La Sablésienne voit en Noël « un temps fort. Nos produits sont de bonnes idées cadeaux », sourit Amélie Loret.
Et cette année, une nouveauté a vu le jour sur les rayons : des petites meringues enrobées de chocolat. « Mais le petit sablé nature reste un grand classique. En tout cas, c’est le préféré des Saboliens ! »

Sablé-sur-Sarthe, 72
Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 17:17
Source La Nouvelle République (37) 06/12/2013 05:38
L'usine Grand'Vallée à Villedômer. - L'usine Grand'Vallée à Villedômer. L'usine Grand'Vallée à Villedômer.
L'usine Grand'Vallée à Villedômer.

L'annonce en a été faite au comité d'entreprise du 3 décembre. Un plan de licenciements pour motif économique portant sur neuf personnes touche l'usine de production de charcuterie de Grand'Vallée, à Villedômer. Les salariés concernés ont reçu avant-hier leur convocation à un entretien préalable mercredi prochain. Des propositions de reclassement sur d'autres sites devraient leur être présentées.

Perte d'emplois et délocalisation de la moitié de l'activité

L'usine de Grand'Vallée faisait partie de la société Charcuterie gourmande (40 millions d'euros de CA et 160 salariés), dont le siège social est à Josselin (Morbihan). Celui-ci faisait partie du groupe Roullier (Saint Malo). Le 1er septembre, Roullier s'est séparé de Charcuterie gourmande pour se recentrer sur son métier, la production d'engrais. Depuis 2008, il semble que Charcuterie gourmande perdait de l'argent. Ces pertes seraient supérieures à 10 millions d'euros en cinq ans.
Le repreneur est le groupe Cosnelle (55 millions d'euros de CA en 2012 et 300 salariés), dont le siège est à Chéré (Sarthe). Ce groupe est présidé par Saïd Chabanne, qui est aussi connu pour être président et principal actionnaire du club de football Sco d'Angers.
Le 9 octobre a été présenté au comité central d'entreprise de Charcuterie gourmande un projet de filialisation, signant sa disparition. Chaque unité est devenue ainsi une filiale directe de Cosnelle, qui compte des sites de production à La Ferté Bernard (Prestige la Sarthe), Nevers (Le Nivernois) et Thurins (Valansot) à côté de Lyon.
Josselin reste Charcuterie gourmande et Villedômer s'appelle Charcuterie Grand'Vallée.
A Villedômer, l'usine emploie 49 personnes pour une production de 1.600 tonnes par an de rillettes, jambons, andouillettes, rillons et pâtés.
Outre ces suppressions de postes, l'inquiétude concerne aussi la production. En effet, l'unité tourangelle a vu partir sa production de rillettes du Mans au 1er décembre et celle de rillettes de poulet devrait suivre début janvier. Ces 800 tonnes annuelles sortiront désormais de l'usine de La ferté-Bernard. Il restera à Villedômer la transformation en rillettes de Tours (appellation qu'on ne peut pas délocaliser) et en charcuterie diverse, soit la moitié de l'activité habituelle. Hier, le groupe Cosnelle était injoignable.

I.R.
Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 17:13

Source Ouest-France Sarthe - 17 Décembre

Entreprise familiale créée en 1976 et située à Chenu, Sica Gerfruits stocke, conditionne et exporte la pomme, en Sarthe et jusqu'au bout du monde.

Chaque année, pas moins de 40 000 tonnes de fruits circulent entre les différentes lignes de production et de conditionnement de l'entreprise de stockage située à Chenu, près du Lude. « Ici, on reçoit la pomme, on la stocke et on en vend toute l'année, souligne Patrick Tessier, directeur de Sica Gerfruits.

Grâce à un procédé de conservation en chambre froide, l'entreprise maintient goldens, gala, pink lady et autres reines des reinettes dans une atmosphère où le taux d'oxygène est réduit et où les pommes « respirent » au ralenti. « Cela permet de plonger la pomme dans une sorte d'hibernation et de conserver un fruit, cueilli à maturité. »

Outre des chambres froides, l'entreprise abrite aussi des lignes de précalibrage visant à trier les fruits, et des lignes de conditionnement destinées à l'emballage et la mise sur palettes.

Expédiées de Sarthe jusqu'en Russie

À l'heure où les professionnels du secteur se questionnent sur l'évolution de la filière, la société sarthoise, qui travaille avec une dizaine de producteurs de la vallée du Loir, confirme son implantation locale et internationale. Les pommes de Gerfruits voguent jusqu'en Russie !

L'entreprise vient d'investir près de 4 millions d'euros dans le remplacement de nouvelles lignes de conditionnement. Elle présentait d'ailleurs ses nouveaux outils au préfet Pascal Lelarge, à l'occasion d'une visite, ce mardi. La dépense, soutenue par la Région à hauteur de 360 000 €, était nécessaire.

Elle doit permettre à la société d'anticiper les nouvelles évolutions du marché : l'arrivée de nouveaux types de distribution comme les drives avec les nouveaux types de conditionnement et le développement de l'exportation à l'international.

« Nous avions un outil performant, mais pas suffisant par rapport à l'activité commerciale, explique Patrick Tessier. On ne suivait pas en termes de capacité, de débit. » Six nouvelles lignes sur sept sont effectives. Il en reste une dernière, qui sera mise en marche en janvier.

Gerfruits emploie aujourd'hui 38 personnes de façon permanente, l'effectif atteint 55 salariés en pleine saison, c'est-à-dire entre octobre et mars.

Le développement de l'entreprise intervient au moment où le marché français de la pomme perd des places au niveau européen. Pour Patrick Tessier, « il faut être vigilant. On ne doit pas se laisser enfermer dans une spirale, mais adopter une stratégie pour inverser la tendance. Il faut continuer d'innover, que ce soit au niveau des variétés, du packaging, des pratiques. Comme pour l'automobile en Allemagne, nous avons un produit de qualité, un savoir-faire et un terroir qu'il faut exploiter et développer auprès des consommateurs. »

L'entreprise a dernièrement embauché deux anciens salariés de Candia. Elle prévoit d'embaucher deux autres personnes, dont un commercial.

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 12:45
Source Ouest-France - Économie vendredi 02 août 2013

Amélie Loret, PDG de la fabrique de sablés La Sablésienne, l'a confirmé ce vendredi, la marque va ouvrir deux nouveaux magasins au Mans et à Angers. L'entreprise d'une quinzaine de salariés, installée à Sablé-sur-Sarthe dispose déjà d'un espace de vente de sablés à côté des ateliers de fabrication. L'été dernier, une boutique avait été ouverte à La Flèche. La patronne de la Sablésienne estime que l'ouverture des deux nouvelles enseignes pourrait avoir lieu «pour les fêtes de fin d'année ou le début de l'année prochaine». Pour l'instant, au Mans comme à Angers, l'entreprise recherche toujours des locaux «en centre-ville».

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 12:27

Source : Usine Nouvelle - Par Emmanuel Guimard (Pays de la Loire) - Publié le 10 octobre 2013, à 16h33

Site de Bahier à Sceaux-sur-Huisne (Sarthe).
Site de Bahier à Sceaux-sur-Huisne (Sarthe).
© Bahier

Cet article est réservé aux abonnés de l’Usine Nouvelle  Le fabricant de boudins et de rillettes Bahier s'est doté d'un nouveau pôle logistique et a modernisé son outil de production de Sceaux-sur-Huisne (Sarthe) afin d'améliorer, notamment, les conditions de travail de ses salariés.

Bahier achève un investissement de 13 millions d'euros qui s'est déroulé sur deux ans à Sceaux-sur-Huisne (Sarthe). Le fabricant de boudins, rillettes, et produits de tête, réceptionnera le 12 octobre sa nouvelle plateforme logistique de 4 500 mètres carrés, remplaçant celle de La Ferté-Bernard (Sarthe), en location.

L'investissement comprend également une zone rillettes, qui sera terminée le 30 octobre, et la réfection de 1 000 mètres carrés de bâtiments. Pour Jean-Yves Venard, le directeur général, l'investissement permet d'améliorer le bilan carbone, la qualité et les conditions de travail, avec la mécanisation de certaines tâche pour limiter les troubles musculo-squelettiques (TMS). La capacité actuelle du site est de 16 000 tonnes par an et l'objectif est fixé à 18 000 ou 20 000 tonnes d'ici à la fin 2015. Les autres axes de développement sont l'innovation, avec la sortie de rillettes de volaille et de légumes, et l'export.

Bahier aura embauché 25 personnes cette année et prévoit 40 emplois supplémentaires dans les deux ans à venir. De 380 salariés, l'effectif devrait passer à 430 fin 2015. Cette filiale du groupe Alliance, a réalisé un chiffre d'affaires de 70 millions d'euros en 2012. Il vise 72 millions d'euros en 2013.

Emmanuel Guimard

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 12:18

Source Ouest-France 01/11/2013

 

4 centimes qui font déborder le vase. Depuis trois semaines au marché de Plérin (Côtes-d'Armor), qui gère le cours du porc, les éleveurs ont observé que le groupe Bigard achetait moins cher que les autres abatteurs. « Ce n'est pas acceptable. 1,41 € au lieu de 1,45 €, déjà en dessous de notre coût de production », insiste Emmanuel Duhamel, membre de section porcine FDSEA Sarthe, qui s'est déplacé jeudi en Bretagne.

 

Inquiets, les éleveurs mayennais et sarthois ont demandé une rencontre au groupe Bigard. « On se demande où ils veulent aller. Faire un futur Gad en Sarthe ? » s'interroge l'éleveur. Les cours bas qui perdurent entraînent des trésoreries tendues. « On pourrait avoir des périodes plus creuses, le problème c'est que ça dure depuis trois ans. On a eu une fois, en septembre, 1,70 € au marché de Plérin », rappelle Emmanuel Duhamel.

Dans un communiqué commun, les Jeunes agriculteurs et la FDSEA 72 53 accusent « la Socopa et Charal (groupe Bigard) de gagner leur compétitivité sur le dos des éleveurs. On ne demande pas le bout du monde, juste d'être comme les autres abatteurs ». Autre inquiétude selon l'éleveur sarthois, l'abattoir Charal de Sablé serait loin de tourner à plein régime. « Un salarié m'a dit que jeudi, ils ont abattu 1 200 porcs, c'est trois fois moins que d'habitude. »

Bruno Traverse, responsable du site Charal à Sablé, était en congé. Il n'a pas été en mesure de donner des informations.

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 21:07

Source : Agraalimentation - 26/09/2013

 

L’enseigne de restauration rapide KFC et Gastronome, filiale du groupe Terrena, ont conclu, le jeudi 19 septembre, un accord d’approvisionnement courant sur deux ans, lequel porte sur 2 000 tonnes de poulet la première année.

C’est dans le cadre de son restaurant de la place d’Alésia à Paris que KFC a signé un partenariat d’approvisionnement avec Gastronome Professionnel, la branche volaille du groupe Terrena. En présence de Guillaume Garot, ministre délégué chargé de l’agroalimentaire, les deux parties se sont engagées pour deux ans, sur un volume de 2 000 tonnes la première année. Gastronome, qui produit 200 000 tonnes de volailles chaque année, fournira filets, aiguillettes et ailes de poulet marinés aux 155 restaurants KFC de l’Hexagone. Le groupe, n°2 de la volaille en France, ambitionne déjà une montée en puissance des volumes afin de suivre la demande à venir des restaurants français de la chaîne américaine, lesquels doivent doubler d’ici 4 ans. « Ce partenariat ajoute un peu de visibilité à la filière française », a déclaré Jean-Yves Menard, président de Gastronome. La production des volailles, qui s’effectue selon un cahier des charges allant « au-delà de la réglementation européenne », a été confiée à 45 producteurs parmi les 1 800 que compte la coopérative. « Nous devions élargir notre source d’approvisionnement en poulet et trouver des partenaires capables de fournir à la fois les volumes et la qualité, explique Olivier Grouet, directeur Produits KFC, ce travail nous a pris deux ans ».
 
De nouveaux investissements à venir
Aujourd’hui, les poulets sont élevés et abattus dans la région de Languidic (Morbihan), avant d’être transformés dans la Sarthe à l’usine de Luché-Pringé, où le groupe coopératif a installé une nouvelle ligne spécifique pour ces produits. Gastronome, qui a triplé son chiffre d’affaires au cours des 5 dernières années (837M€), envisage d’investir encore 10 M€ pour cette production dans les 3 ans. « Je vous soutiens dans cette démarche, a tenu à déclarer Guillaume Garot. Grâce à ce type de partenariat, c’est possible de dire à la filière française qu’elle a un avenir ». Les autres fournisseurs de volailles de KFC, et notamment Doux, ne sont pas écartés pour autant et continueront à fournir les restaurants français avec d’autres produits comme les filets de poulet à cuire au four et les poulets entiers. KFC s’approvisionne également aux Pays Bas, en Allemagne et en Pologne. Le restaurateur envisage à court terme d’étendre la diffusion des produits Gastronome en dehors de nos frontières. Un projet salué par le représentant du gouvernement, qui estime que « se contenter du marché intérieur serait une grave erreur économique. Nous devons trouver le modèle performant pour que la filière volaille française continue à prospérer sur le marché international, alors que la demande est en hausse. »



Caroline Maréchal

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 20:59
Source Ouest-France - Économie jeudi 19 septembre 2013

L’industriel de la volaille Gastronome, filiale de la coopérative Terrena, à Ancenis (Loire-Atlantique) va investir 10 millions d’euros dans son usine à Luché-Pringé (Sarthe).

Gastronome va ouvrir une nouvelle ligne de fabrication dans son usine sarthoise pour satisfaire de nouvelles commandes.

La filiale volaille de Terrena vient de signer un contrat avec la chaîne de restauration rapide américaine KFC (Kentucky Fried Chicken), jeudi 19 septembre, à Paris en présence du ministre de l’Agroalimentaire, Guillaume Garot.

Gastronome fournira 2 000 t de filets de poulet pour garnir les sandwiches vendus dans les restaurants KFC en France.

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 14:52

Source : Agraalimentation - 11/09/2013

Le groupe Roullier se sépare de son activité de charcuterie. C’est Saïd Chabane, le patron de Cosnelle (et propriétaire du club de foot d’Angers) qui reprend Charcuteries Gourmandes. Les ventes de l’entreprise avoisinent 40 millions d’euros pour une production de 10 000 t et elle emploie environ 200 personnes réparties sur deux sites, en Bretagne et en Touraine (Josselin, 56, et Villedômer, 37). Reste à savoir quel sera le projet de développement de Saïd Chabane pour Charcuteries Gourmandes, dans un contexte très difficile pour la charcuterie, et notamment s’il devra prévoir des restructurations. La marque Grand Vallée est connue en Touraine, mais l’entreprise est aussi présente sur des marchés bataillés comme le jambon MDD.
Le groupe Cosnelle (La Ferté Bernard, 72), que nous n’avons pas réussi à joindre, annonçait l’an passé 55 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 240 salariés sur quatre sites industriels. Il vient d’investir 7 millions d’euro sur son site de la Ferté Bernard (Prestige de la Sarthe) pour l’équiper d’un atelier dédié aux rillettes et compte au total cinq sites de production : Cosnelle à Cherré (72), Prestige de la Sarthe et Arcal à la Ferté Bernard (72), Valansot à Thurin (69), et Nivernoy à Nevers (58). Une information de La Lettre Valloire qui nous a été confirmée.



Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 18:35
Source : Ouest-France - jeudi 11 juillet 2013

 

 

Lundi, le tribunal de commerce de Quimper a ordonné la cession de Doux Accouvage et Doux Dindonneaux, dont le site se situe à Elven (Morbihan), à la société Huttepain Aliments, filiale du groupe LDC (Poulets de Loué, le Gaulois, Maître Coq,..).

Selon le tribunal, 24 CDI et 3 CDD, qui composent le personnel, sont repris avec l'engagement de maintenir l'emploi pour une durée de deux ans.

 

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article