Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 21:54
Source : Ouest-France - 18/12/2012
*La petite entreprise fléchoise ne connaît pas la crise : des nouveaux produits ont été lancés depuis début septembre et deux nouveaux salariés ont été embauchés.*

Les Comphyto'plantes : la nouveauté

L'entreprise fléchoise commercialise depuis le mois de septembre un produit tout nouveau : les Comphyto'plantes. « C'est un mélange de plantes et de fruits, précise Christophe Tertrais, le patron de Floralpina. Les vertus sont différentes selon la gamme choisie : anti-âge, minceur, digestion ou antistress. » Sucrées au sirop d'agave, ces Comphyto'plantes sont vendues à des prix variant entre 12 et 15 € l'unité.

Inhaleurs, entremets, épices...

En dehors de ce produit phare, la gamme continue de s'agrandir. Ainsi, une gamme de onze inhalateurs aux huiles essentielles a été mise en vente par Floralpina. « Nous avons également créé une gamme d'entremets protéinés bio ainsi qu'un ensemble d'épices bio et non bio », résume le responsable de l'entreprise.

Les bienfaits du programme Dinamic

« Mon but, c'est de développer l'activité tout en restant dans mon coeur de métier », confie Christophe Tertrais. Pour y parvenir, le chef d'entreprise a suivi le programme Dinamic mis en place par la Région en 2010-2011. Un consultant extérieur a réalisé un audit de Floralpina. « Cela permet de mettre en lumière les points forts, les points faibles et aboutit à la mise en place d'un plan stratégique. »

Deux embauches à la clé...

Cette nouvelle stratégie s'est concrétisée par l'embauche de deux salariés, dont un commercial. « Il nous permet de trouver de nouvelles cibles de clients », précise Christophe Tertrais. Une troisième personne pourrait être recrutée prochainement. Pour l'heure, l'entreprise compte au total huit salariés.

... et de nombreux projets

Mais l'équipe de Floralpina ne compte pas en rester là. Une gamme de produits pour les sportifs est déjà en préparation. Prochains défis ? « Proposer des tisanes à infusettes et des épices en infusettes ainsi que des tisanes sous forme de pastille », répond Christophe Tertrais.

Début 2012, l'entreprise va investir dans de nouvelles machines de conditionnement (ensacheuses, doseuses...) pour créer d'autres produits innovants.

Floralpina, 178, boulevard de la Petite-Vitesse, à La Flèche, tél.             02 43 45 12 26       ; mail : ctfloralpina@orange.fr

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 21:25
Source : Ouest-France - 09/01/2012
Le groupe volailler-traiteur s'associe à son transporteur pour créer une nouvelle plateforme réservée à la partie traiteur. 2 000 m2 vont être implantés à côté de la société Gecima pour préparer 40 000 colis par jour.

Le groupe LDC affiche un bon niveau d'activité dans le secteur de la volaille, malgré les hausses de prix et une consommation en retrait. Dans le secteur traiteur, un redressement est en cours pour Marie, mais l'impossibilité de valoriser les prix a contraint l'entreprise à abandonner certains volumes.

Vendredi soir, à l'occasion de la cérémonie des voeux du groupe, qui s'est déroulée en présence du Premier ministre François Fillon, le président de LDC Denis Lambert a présenté les perspectives pour le groupe en 2012. « Après la crise financière, une crise économique va pénaliser la consommation. Heureusement, notre groupe à des atouts qui doivent lui permettre de traverser le mauvais temps économique ».

1 français sur 2 a acheté du LDC pendant les fêtes

L'activité volaille fait état d'une légère progression de 1 %. Les fêtes de fin d'année ont donné une activité fluide. LDC a commercialisé environ 5 000 000 volailles festives. « Un français sur deux a consommé un produit du groupe durant cette période », se réjouit Denis Lambert.

Côté traiteur, la construction du pôle traiteur est poursuivie. « En 2012, une nouvelle plateforme réservée au traiteur verra le jour. En association avec l'Étoile Routière, qui assure 30 % de nos transports, 2 000 m2 vont être implantés à côté de la Société Gecima pour préparer 40 000 colis par jour. L'Étoile va ainsi économiser 1 700 km par jour ».

Ce projet commun représente un investissement global de 7 millions d'euros dont 3 pour le groupe LDC. Le début des travaux est programmé début février. L'activité débutera certainement en septembre ou octobre 2012. « Une vingtaine de personnes ira travailler sur ce site, donnant ainsi la possibilité aux sites saboliens de faire de la croissance. Cela redonnera aussi de la capacité en terme de volume et de conditions de travail au CEPA », explique Thierry Lambert, directeur logistique du groupe LDC.

Denis Lambert a terminé son discours en insistant sur le sujet actuel, la compétitivité des produits français. « Pour maintenir l'emploi, il faut produire français. Il est vrai que cela est de plus en plus difficile compte tenu des charges que les entreprises et les salariés supportent sur le coût du travail alors que nos frontières sont ouvertes à tous les vents et à toutes les concurrences. Cependant, chez LDC, cela fait 10 ans que nous l'affichons sur nos produits. Nous le revendiquons et nous en sommes fiers. Permettez-moi de vous souhaiter trois voeux pour 2012 : Action, Ambition et Ambiance, soit un triple A que nous souhaitons aussi à la France. »

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 20:24

La société LDC, géant français et européen de la volaille, s'est désistée au dernier moment

Source : Sud-Ouest - Marie Gasc - 12/01/2012

Maïsadour devrait être nommée à la tête des Volailles du Périgord le 26 janvier

Maïsadour devrait être nommée à la tête des Volailles du Périgord le 26 janvier (Marie Gasc)

Les potentiels repreneurs avaient jusqu'à aujourd'hui pour déposer leurs offres de reprise concernant Les Volailles du Périgord, placées en liquidation judiciaire avec continuation d'activité, mardi. Seul Maïsadour a déposé une offre. LDC, géant français et européen de la volaille, s'est désisté au dernier moment, alors même que son PDG était lundi et mardi à Terrasson.

Logiquement, c'est donc la coopérative landaise qui devrait être nommé, le 26 janvier, à la tête des Volailles du Périgord, qui emploie 206 personnes.


LDC n'avait pas trouvé d'accord avec les éleveurs

LDC, un des principaux groupes français de la volaille explique pourquoi, au dernier moment, il s'est désisté et n'a pas déposé d'offre de reprise pour les Volailles du Périgord à Terrasson. "Notre décision est uniquement motivée par l'impossibilité de recevoir l'assurance en approvisionnement de l'abattoir en volailles vivantes" explique André Delion, directeur administratif et financier du groupe.

La coopérative Périgord aviculture regroupant une importante partie des éleveurs de volailles en Dordogne a en effet conclu en décembre un accord avec Maïsadour.

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 20:37

Source : Sud-Ouest - 11/01/2012 - Marie Gasc

Les salariés continuent à travailler, dans l'attente des repreneurs. Les offres seront déposées demain

L'avocat d'Antoine Gaye, Me Hoenige, et la déléguée du personnel Maïté Torrente, hier au tribunal de commerce.

L'avocat d'Antoine Gaye, Me Hoenige, et la déléguée du personnel Maïté Torrente, hier au tribunal de commerce. (Photo Arnaud Loth)

«On continue à travailler. » Voilà le message des salariés des Volailles du Périgord relayé par la déléguée du personnel, hier lors de l'audience au tribunal de commerce de Périgueux. Pas un n'était là, à part Maïté Torrente, élue Force ouvrière, pour entendre la décision prononcée : la liquidation judiciaire de l'entreprise de Terrasson, avec continuation de l'activité. La discrétion était aussi de mise pour le PDG, Antoine Gaye, qui n'est pas apparu dans le hall du tribunal de commerce, ni avant ni après l'audience. Il se trouvait pourtant dans la salle du conseil, fermée au public.

Les salariés sont au travail, pas au tribunal : le message s'adressait surtout aux repreneurs potentiels, qui représentent désormais leur unique espoir. Pour les employés, la décision d'hier ne change rien concrètement. Ils ont retrouvé ce matin leur poste, avec un sentiment d'attente qui est sûrement monté d'un cran.

Choix final le 26 janvier

Qui, de la coopérative landaise Maïsadour et de LDC, groupe français leader dans la volaille et coté en Bourse, succédera à Antoine Gaye ? On ne devrait être fixé définitivement que le 26 janvier, date à laquelle le tribunal de commerce rendra public son choix. Mais surtout, est-ce que l'ensemble des emplois sera conservé ou pas ? Les salariés devraient avoir dès demain une idée un peu plus précise sur la question. C'est en effet la date butoir fixée pour le dépôt des offres de reprise.

À la veille de cette échéance, le ballet des PDG, si on peut dire, continue. Michel Prugue, le président de la coopérative Maïsadour, a annoncé sa venue à Terrasson aujourd'hui, accompagné de son directeur général, Thierry Blandinières, et de son directeur financier, Stéphane Gautier, notamment pour rencontrer les salariés.

Hier et avant-hier, c'est le président du groupe LDC, Denis Lambert en personne, qui était là. Il avait même réservé dans un hôtel de Terrasson un espace suffisant pour recevoir les employés des Volailles du Périgord. Il devait aussi s'entretenir avec des élus locaux et partenaires économiques. Une visite qui fait impression. « C'est une grande société qui veut nous garder sur site et qui ne semble pas avoir l'intention d'y supprimer des postes », affirme la déléguée Force ouvrière, qui se déclare « optimiste », quel que soit le repreneur.

Finalement, c'est peut-être pour Antoine Gaye que l'audience et la décision d'hier auront le plus de conséquences directes. Son entreprise étant une « société en nom collectif », la liquidation l'oblige à payer sur son propre patrimoine les dettes, évaluées aujourd'hui à près de 10 millions d'euros. « C'est un homme abattu, mais qui va rebondir », affirme Me Hoenige, son avocat. Il évoque la possibilité que son client devienne un salarié du groupe qui reprendra les Volailles du Périgord. « Quand on fait des erreurs, on assume », estime pour sa part la déléguée du personnel.

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 17:55
Par Marie Gascq

Source : Sud Ouest - 09/01/2012

LDC a annoncé qu'il déposerait probablement une offre de reprise d'ici le 12 janvier

L'abattoir emploie plus de 200 salariés

L'abattoir emploie plus de 200 salariés (marie gasc)

Après la venue aux Volailles du Périgord à Terrasson, vendredi, d'un représentant de Maïsadour, c'est au tour du groupe LDC. Ce lundi après midi, le président du directoire de ce groupe et directeur du pôle volaille, Denis Lambert, a annoncé sa présence au comité d'entreprise extraordinaire qui se tient en ce moment même aux Volailles du Périgord.

Tout comme le groupe coopératif Maïsadour, LDC a annoncé qu'il déposerait probablement une offre de reprise d'ici le 12 janvier. A la veille de la liquidation judiciaire que devrait prononcer le tribunal de commerce demain mardi, les 206 salariés attendent surtout de savoir si les repreneurs potentiels comptent garder l'ensemble des salariés ou en licencier une partie.

LDC est un groupe français et européen de la volaille côté en bourse et basée en Sarthre.

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 18:27

François Fillon, arborant l'écharpe du Sablé FC, a salué le dynamisme du groupe LDC, moteur de l'économie sabolienne.

 Hier soir, François Fillon, Premier ministre et président de la communauté de communes de Sablé, a enchaîné deux cérémonies de voeux, la première à la salle des fêtes de Solesmes où il a remis deux décorations, et la seconde, à la salle Georges Mention, à Sablé où il a assisté à la remise des médailles du travail devant plus d'un millier de salariés du groupe LDC.

Il est rare que le Premier ministre rate ce rendez-vous du début de l'année, ce qu'a fait remarquer en ces termes Denis Lambert, PDG du groupe volailler: "François Fillon est fidèle au groupe LDC, fidèle à Sablé, fidèle à la Sarthe, cela ne nous surprend pas du tout". Pour Denis Lambert, l'année 2012 sera "celle du triple A pour LDC: A comme action, A comme ambition et A comme ambiance". En période de crise, le PDG du groupe LDC a voulu faire de la bonne ambiance au travail et de la solidarité entre salariés des valeurs fortes dans un contexte de crise économique.


2012 marquera pour LDC le lancement d'une nouvelle plate-forme, réservée au pôle traiteur. Cette plate-forme dont les travaux commenceront en février prochain sur la zone Ouest Park au Bailleul est un projet commun entre LDC et l'Etoile routière de La Flèche. Le montant de cet investissement est de 7 millions d'euros dont 3 millions à la charge de LDC. Cette plate forme de 2 000 m2  devrait être fonctionnelle pour septembre-octobre 2012.


François Fillon a salué le dynamisme de LDC, "moteur de l'économie sabolienne et modèle d'adaptation". Le président de la communauté de communes de Sablé a rappelé la forte croissance de l'emploi dans le bassin sabolien: "en 1983, quand j'ai été élu maire à Sablé, il y avait 4000 emplois salariés, aujourd'hui, il y en a plus de 11 000, malgré des moments difficiles. C'est beaucoup sur LDC que repose la prospérité sabolienne."

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 18:11

Lors de la publication de ces résultats semestriels 2011/2012, Denis Lambert Pdg de LDC a été interviewé sur la Web Tv www.labourseetlavie.com, par le journaliste Didier Testot

 

Denis Lambert Pdg de LDC

Résultats semestriels 2011/2012 du spécialiste de la volaille et produits traiteurs

 

LDC : Résultats semestriels 2011/2012

Résumé de l'interview Imprimer le transcript

LDC : Résultats semestriels 2011/2012 du spécialiste de la volaille et produits traiteurs.

Selon le groupe, sur le premier semestre de l’exercice 2011-2012 (mars à août 2011), le chiffre d’affaires consolidé est ressorti à 1 343,0 M€ contre 1 229,7 M€ sur la même période de 2010-2011, en progression de 9,2%. Cette croissance du chiffre d’affaires est associée à une hausse de 2,7% des tonnages commercialisés. A périmètre identique, le chiffre d’affaires du semestre progresse de 7,5%. Les tonnages commercialisés sont restés stables sur la période.

Retour sur ces résultats, l'évolution de la stratégie en France et à l'international, avec Denis Lambert Pdg de LDC.

Pour l'actualité financière et les détails de ces résultats semestriels, la partie Finance du site de LDC : LDC

 

 

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 21:10
Source Ouest-France 22/12/2011
L'histoire du conserveur, établi à Connerré (Sarthe), s'arrête avec Gérald Christ, troisième du nom. Une page se tourne. La société a été vendue au groupe suisse Reitzel.
Gérald Christ, patron du groupe Christ en Sarthe.

Christ de père en fils et depuis 1929. Résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, le tonnelier alsacien Charles Christ récupère une usine de choucroute sous séquestre, à Saint-Brieuc, dans les Côtes-d'Armor. Hélas, l'iode ne convient pas aux choux, ils poussent verts et pas blancs.

 

Il déménage dans la Sarthe. À Connerré, les terrains ne sont pas trop chers ni trop éloignés de Paris. En ce début des années 50, le choucroutier s'intéresse à la conservation et se lance dans l'appertisation, la mise en conserve. Les premiers marchés obtenus en Sarthe l'ont été avec l'Armée.

« Le concurrent de mes parents »

Dans les années 60, la société préfère le bocal en verre à la conserve. La choucroute occupe l'usine l'hiver, d'octobre à décembre.

Pour faire tourner le site le reste de l'année, Charles Christ se lance dans les cornichons. L'entreprise choisit un procédé pas courant à l'époque : elle ne passe pas ses cornichons dans la saumure, l'eau salée. « Ils sont mis en bocal avec un tout petit peu de sel, dans du vinaigre. Ils restent croquants », explique Gérald Christ, troisième du nom. L'activité se diversifie ensuite avec le cassoulet. À l'époque, les haricots secs venaient de France ; aujourd'hui ils viennent des États-Unis, du Canada.

Deuxième du nom, Charles Christ. Qui achète en viager l'entreprise de son père. Il en tiendra les rênes de 1952 à 1997. Arrive cette année-là Gérald.

Comme son prénom, différent du père et du grand-père, sa manière d'agir ne s'inscrit pas totalement dans la lignée des Christ. La troisième génération a quitté les rails.

Alors qu'il est tout jeune, un bac éco en poche, Gérald crée sa propre entreprise à Connerré, dans la zone industrielle, Valdué. Il y fait fabriquer des plats cuisinés et des tripes, qu'il vend sous des marques distributeurs. Provocation ? « J'étais devenu le concurrent de mes parents. Eux travaillaient sous la marque Christ, c'était leur bébé ! Et moi je vendais sous la marque des distributeurs. Valdué, c'était le seul marché sur lequel je pouvais exister ! »

L'un des fils renonce

Il connaît toutes les ficelles du métier ; gamin il arpentait l'usine comme un terrain de jeux. « Je savais les choses, très naturellement ! » En 1997, sa mère décède et son père lui donne l'entreprise. En 2003, Gérald Christ fusionne Christ et Valdué.

L'histoire familiale s'arrête avec lui. Il pensait que l'un de ses cinq enfants prendrait la relève. « Un de mes fils a eu envie de me succéder. Mais, finalement, il a préféré renoncer. Je le remercie d'avoir su dire non à ce moment-là. J'ai 60 ans, je ne veux pas attendre, la coupe est pleine. J'étais prêt pourtant à aller jusqu'à 70 ans dans cette entreprise, avec un de mes gamins à côté de moi ! »

La relation avec les distributeurs toujours plus exigeants, la responsabilité sociale de l'entreprise (138 salariés), la conjoncture économique pas toujours sécurisante... Gérald Christ avait envie de passer à autre chose. Dès qu'il a appris que son fils ne reprendrait pas le flambeau, il a lui-même pris son téléphone. Et le groupe Reitzel s'est porté acquéreur.

 


Repères

 

À Connerré, toute l'activité des condiments se regroupe « en bas », sur l'ancien site de Valdué. Chez Christ, sur les hauteurs de la commune, se trouvent les ateliers charcuterie, plats cuisinés.

En 2006, rachat de Gillet à Contres (Loir-et-Cher), producteur de légumes en bocal et en boîte. « On a ramené la société ici en 2010, un seul des 33 salariés a suivi. Mais je peux vous assurer que nous avons créé depuis une trentaine de postes, plus d'heures travaillées qu'on avait à Contres. »

 

En 2008, abandon des tripes. Les 200 000 bocaux annuels ne suffisent pas.

 

7 000 tonnes de cornichons sont mises en bocaux par an. 1 000 tonnes sont achetées en Europe (France, Allemagne, Roumanie) pour l'aigre-doux, vendues sous la marque Malossol. Les 6 000 autres tonnes sont achetées en Inde. La production a nettement augmenté depuis 1997, elle était de 2 000 tonnes avant 1997. Les cornichons sont vendus sous la marque Christ ou sous les marques de distributeurs sauf Cora, Match ou Leclerc.

20 km de saucisses, soit 8 tonnes, sont produites par jour.

 

Chiffre d'affaires 2010 : 30,4 millions d'euros : 53 % en condiments ; 37 % en plats cuisinés ; 7 % en légumes ; 3 % en bio.

 

Novembre 2011 : Reitzel, groupe suisse, rachète Christ (lire notre édition du 15 novembre). Pour Gérald Christ, ce rachat est d'abord une « histoire humaine. Je voulais pérenniser l'entreprise, j'ai rencontré un type qui m'a plu. Reitzel international va vendre les produits Christ à l'étranger, le groupe est plus fort que moi sur la partie marketing. Je reste actionnaire mais je suis désormais actionnaire d'un bout d'usine en Suisse, en Turquie ou d'ici... Mon père est toujours actionnaire, il a accepté cette reprise à la condition qu'il n'y ait pas de licenciement ».

Florence LAMBERT.

Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 19:49

Source La Nouvelle République - 22/12/2011

L'alliance Reitzel de Bourré et Christ dans la Sarthe permet au groupe d'augmenter sa capacité de production de cornichons en France.

Reitzel emploie cinquante personnes à Bourré. Le groupe suisse souhaite diversifier son activité dans les plats cuisinés. Reitzel emploie cinquante personnes à Bourré. Le groupe suisse souhaite diversifier son activité dans les plats cuisinés. - (dr)

Dans le petit monde du cornichon, que l'on n'imaginerait pas aussi concurrentiel, la loi du marché oblige à des alliances stratégiques. Elles viennent de se concrétiser en Loir-et-Cher avec le rapprochement des sociétés Reitzel et Christ.


Dans les années soixante-dix, le cornichon du département est très largement représenté par l'entreprise Briand. Elle prospère sur son site de Noyers-sur-Cher, passe de mains en mains, déménage à Bourré, pour être finalement reprise par Reitzel en 2000.

Doublement du volume en dix ans


Reitzel France appartient au groupe international Reitzel SA, créé en 1909, spécialisé dans le condiment. Le groupe a pour clients les grandes et moyennes surfaces alimentaires, la restauration hors domicile et l'industrie. « Nous étions dans notre métier de base, » explique Bernard Poupon, administrateur délégué de Reitzel Suisse.


Sur ce site de Bourré, dirigé par Christophe Gudin, Reitzel conditionne et distribue le cornichon provenant d'Espagne, d'Inde ou du Portugal. En dix ans, le volume traité passe de 11 à 24 millions de bocaux sortis des chaînes du site de Bourré. Quatre millions d'euros sont investis dans un équipement performant sur les chaînes.


« Face à une concurrence internationale grandissante, nous n'avions pas d'autre choix que de progresser, » ajoute Bernard Poupon. « La société Christ implantée à Connerré dans la Sarthe, spécialisée dans la production de condiments et de plats cuisinés, n'avait pas de repreneur à la suite du départ de son fondateur, Gérald Christ. C'était pour nous l'opportunité d'une consolidation sur le cornichon et d'une diversification dans le plat cuisiné. »


L'accord conclu en octobre permet de maintenir le site de production Reitzel à Bourré ainsi que les deux sites de la société Christ sur leur secteur de Connerré, où Gérald Christ reste président de sa société en devenant actionnaire de Reitzel. « Ce rapprochement nous donne l'opportunité d'enrichir les gammes de produits Jardin d'Orante, notamment sur les produits bio. »
Reitzel France représente 28 % du chiffre d'affaires du groupe international Reitzel avec 24 M€, sachant que 78 % de ce chiffre est réalisé par la vente de cornichon conditionné sur son site de Bourré où travaillent cinquante personnes.


Henri Lemaire
Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 19:39
Source : Ouest-France - 26/12/2011
Ce lundi matin, vers 11 h, de la fumée continue de se dégager du local incendié à l’usine Cristal-Roc.
Ce lundi matin, vers 11 h, de la fumée continue de se dégager du local incendié à l’usine Cristal-Roc.

Un incendie a entièrement ravagé, ce lundi matin, le local technique de l’usine de production d’eau de source Cristaline, située près du bourg d’Ardenay-sur Mérize, à 15 km à l’est du Mans. Il a fallu l’intervention d’une cinquantaine de pompiers et d’une vingtaine de véhicules pour maîtriser le feu qui a pris un peu avant 8 h. Le bâtiment de production et les hangars de stockage des bouteilles en plastique n’ont pas été touchés. L’usine était exceptionnellement fermée ce lundi.

   
Repost 0
Published by Bertrand Molliere - dans Info
commenter cet article