Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 17:23

Construit en 1964, le site Frobel de Sablé-sur-Sarthe est devenu un site majeur du groupe Bel, avec une unité de production de fromages et une unité de concentration de sérum.

A l'origine, Bel était bien implanté en Sarthe grâce à plusieurs petites unités disséminées dans la campagne (Clermont-Créans / Douçay, Noyen, Laigné-en-Belin, Requeil, Neuville-sur-Sarthe...).  Ce n'est qu'en 1964 que fut pris la décision de rassembler toutes ces petites "laiteries" en une seule, moderne et plus adaptée aux besoins d'aujourd'hui. Plus tard, dans les années 90 le site de Sablé allait intégrer la production du site de Vendôme (41) avec notamment la production du Cousteron.

Aujourd'hui, près de 800 salariés travaillent à Sablé. C'est la plus importante unité du groupe Bel en France.

Les fromages fabriqués à Sablé sont pour certains, mondialement connus :

-Pâtes pressées : Babybel, Bonbel, Cousteron, Port-Salut, Mini-Babybel
-Pâtes fraîches fondues : Kiri, marques distributeurs
-Spécialités : Cantadou (distribué en réseau RHD), Kiri blocs

Chaque année, 89 millions de litres de lait sont collectés. Ce volume représente 38000 tonnes de fromages (dont 50% pour l'exportation dans plus de 90 pays) et 10000 tonnes de produits industriels.

Le site de Sablé est certifié ISO 9001, IFS, BRC et ISO 14001.

Les autres implantations de Bel en France : Mayenne 53 (atelier Bel industrie), Evron 53 (Mini-Babybel), Pacy-sur-Eure 27 (Boursin), Cléry 57 (Bonbel, Maredsous, tranchés restauration), Dôle 39 (Vache qui rit, Apéricubes variétés), Lons le Saunier 39 (Vache qui rit, Apéricube nature, Pik & Croq), Vendôme 41 (atelier Bel industrie).

Repost 0
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 17:57


S'il est un groupe sarthois particulièrement renommé en France, il s'agit évidemment du groupe LDC implanté à Sablé s/Sarthe, le fleuron agro alimentaire de la région.

LDC en quelques chiffres :

LDC : Lambert, Dodard, Chancereul. Et non Lapin, Dinde, Canard, comme certains aiment à plaisanter...
CA : 2,065 Mds d'euros en 2009-2010, entreprise cotée en bourse.
Effectif : Plus de 15000 salariés dans le monde, dont plus de 2000 à Sablé s/ Sarthe (siège social).
PDG : Denis LAMBERT (Prédecesseurs : Gérard CHANCEREUL / Rémy LAMBERT)

-4 pôles d'activités principaux : Volaille / Traiteur / International / Amont - Production
-2 implantations à l'étranger : Espagne (2 sites : Hermanos Saiz ) et Pologne (6 sites : Drosed et Tarczynski). 

Ces 2 implantations européennes font de LDC, un groupe puissant à l'échelle de l'union. Pour autant, on ne peut véritablement employer le terme de multinationale pour le qualifier. Le néologisme  "multirégionale" conviendrait davantage au groupe, car l'essentiel de son activité dépend encore de la France (82% du CA) et ses exportations très orientées vers l'Europe (Bénélux, Allemagne, Scandinavie, Suisse...).

Un palmarès éloquent qui illustre la belle réussite du groupe
:

N°1 européen de la volaille :

N°1 européen du canard de barbarie
N°1 européen de la dinde
N°2 européen du poulet
N°1 mondial du pigeon
N°1 français de la caille
N°1 français du gibier
N°3 français du lapin
N°2 français de la pintade
N°2 français du coquelet
N°2 français du chevreau
N°1 français du secteur de la RHD / PAI
N°1 français du secteur des GMS
N°1 français des MDD GMS
N°1 français des volailles AOC, Label Rouge et biologiques
N°1 français des confits de volaille
N°3/4 du canard et foie gras
N°2 français des panés de volaille à marque
N°1 français des oeufs fermiers
N°4 français de l'oeuf de consommation (groupe "Ovalis", à ne pas confondre avec la marque d'un important grossiste en volaille breton)
N°1 polonais de la volaille....

N°2 français du traiteur

N°1 français des produits ethniques (asiatiques, tex-mex...)
N°2/3 des galettes et crêpes fraîches
N°2 français de la pizza fraîche
N°3 français du sandwich
N°2 français des plats cuisinés à marque, de très fortes positions en MDD...


L'histoire de ce groupe familial remonte vers 1968 lorsque deux abattoirs concurrents : les établissements Lambert de Sablé s/Sarthe et Dodard de St Martin de Villenglose (St Denis d'Anjou-53) décident d'unir leurs forces. Dés lors, l'entreprise connaîtra une ascension fulgurante en partie grâce au développement de la grande distribution naissante.

Au-delà des chiffres et de ses performances, LDC est caractérisé par une formidable conjonction de compétences et de chances :

-des dirigeants visionnaires, gestionnaires et pragmatiques.
Il fallait être sacrément ambitieux et patient pour croire au développement du poulet fermier dans les années 60/70. Il en fut de même lorsque LDC lança les premiers élaborés de volaille, dont le succès aujourd'hui est évident.
Cela peut sembler caricatural, pourtant LDC est une grande fédération de PME, chacune gérée méthodiquement, telle une SARL en bon père de famille ! Un mot d'ordre en matière d'investissement : "Combien ça coûte, combien cela rapporte ?"
Par ailleurs, il faut souligner la bonne entente et la discrétion des familles actionnaires Lambert, Chancereul, Guillet et Huttepain, facteur propice à la bonne marche de la société.

-une marque forte : Loué. LDC ne serait jamais LDC sans Loué et réciproquement.
Une des grandes forces de cette alliance demeure l'indépendance dans la chaine. Au fermiers de Loué de produire et communiquer sur leurs volailles fermières, à LDC de les abattre et de les commercialiser. Pas de mélange des genres comme ce fut le cas chez de nombreux concurrents, même si ce principe a été remis en cause depuis l'arrivée du groupe Huttepain.

-une capacité d'innovation, d'adaptabilité et une capacité logistique hors du commun. "On ne produit pas pour vendre, on vend pour produire" telle est la devise célèbre dans l'entreprise. Des investissements mesurés, un service client sur-mesure, une flotte logistique intégrée, des fournisseurs de volailles vivantes diversifiés..., des éléments qui font de LDC, une entreprise atypique dans son secteur.

-un mix produit fortement orienté vers les produits de qualité supérieure et les produits élaborés, afin d'être moins dépendants des produits basiques à faible valeur ajoutée.

-un mode de gouvernance décentralisé de l'entreprise.
Malgré la création, encore récente, de fonctions centralisées nécessaires au bon fonctionnement d'un groupe de cette ampleur (marketing, qualité, amont, environnement, R&D...), les filiales du groupe LDC disposent d'une certaine autonomie dans leur mode de gouvernance. Il en est de même dans toutes les marques du groupe et chaque société conserve son identité propre tout en opérant ses activités parfois de manière concurrentielle, mais toujours selon une certaine cohérence. 

Pour toutes ces raisons, LDC fait figure de leader respecté et jalousé dans la filière, et il reste fort à parier que le groupe participera encore de façon active au mouvement de concentration attendu et nécessaire dans le secteur avicole.

2009, a été une grande année pour le groupe, tant dans la volaille que dans le traiteur, puisque de multiples acquisitions majeures sont venues renforcer la position de leader de LDC, à l'image du rachat des sociétés Arrivé et Marie.

-Quelques marques, dont certaines partagées avec d'autres abattoirs extérieurs au groupe :

Volaille / Oeufs : Loué / Le Gaulois / Le Fleuron / Autour de Lise / Canard Passions / Bresse / Landes / Argoat / Bretagne / Ménez / Ker Coat / Antan / Picotan / Maine / Royal / Doyenné de Lanvaux / Desgranges / Grand Maître / Bourgogne / Mairet / Procanar / Guillet / Valoire / Authentique Bocage de l'Ouest / Lou Lamastrou / Ardèche / Sud Ouest / Peyac / Père Robert / Normand / Janzé / Celvia / Romandines / Fleuron / Charmilles / L'abbaye / Bio des Montagnes / Bio L'authentique / Gascogne / Alsace / Rég'hallal / Palmidor / Père Guillaume / ABO / Bel Epi / Le Bocager / Clos du Roy / Cailles Robin / Fineplume / Saveurs Forestières / Cailles de Challans / Cailles Rocvent / Mistral / Henri IV / Prim's / Drosed / Volbel / Vol'Anjou / Servol / Maître Coq / Pleine Saveur / Challans / Bocage Vendéen-Fermiers de Vendée / Auvergne /Corico / Poulet fermier des menhirs ...

Traiteur / Elaborés : Le Gaulois / Companeros / Traditions d'Asie / La Toque Angevine / Régalette / Celtys / Agis / EPC / Ilya / Chip Long / Entr'Acte / DLG / Marie / Luang / Plats sous licenses : Saveurs du Liban, Paul Bocuse, Bernard Loiseau ou Weight Watchers...

Les filiales

Abattoirs Volaille
:

-LDC Sablé (3 abattoirs : Dinde / Poulet / Canard + Gibier) à Sablé s/Sarthe (72)
-Cavol-LDC (Poulet fermier) à Loué (72)
-Guillet (Poulet / Pintade) à Daumeray  (49)
-LDC Charmilles (ex-Ets Charmilles + Eléfa : Pigeon / Caille / Faisan /Caneton / Foie gras) à 
 Maulévrier (49)
-SNV 53 (ex-Ets Fléchard : Poulet / Canard / Pintade) à Azé (53)
-SNV 61 (ex-Ets Fléchard : Poulet / Lapin / Dinde) à La Chapelle d'Andaine (61)
-LDC Bretagne (ex-Ets Sérandour : Poulet / Coquelet) à Lanfains (22)
-Servais (Poulet) à Droué (41)
-Volabraye (Dinde) à Savigny sur Braye (41)
-LDC Aquitaine (ex-Ets Bidou : Poulet / Pintade) à Bazas (33)
-LDC Bourgogne (ex-Ets Matthey : Poulet / Dinde) à Branges (71)
-Palmid'or (Canard / Lapin / Chevreau) à Trambly (71)
-Guillot-Cobreda (Poulet) à Cuisery (71)
-Au Chapon Bressan (Volaille de Bresse) à Monterevel-en-Bresse (01)
-Mairet (Volaille de Bresse) à Simard (71)
-Celvia (Dinde) et BNI (export) à St Jean Brévelay (56)
-Procanar (Canard / Pigeon / Foie Gras) à Lauzac'h (56)
-Celtys (Canard) à Plouay (56)
-Bresdi (Découpe de volaille) à Romenay (71)
-STAM-Poiraud à Mouilleron (Dinde) en Pareds et Chantonnay (85)
-Les Fermiers de l'Ardèche (ex-Barou : Poulet / Pintade) à Félines (07)

-Cailles Robin (Caille / Faisan) à Mâché (85) et Rocvent à Thouars (79)
-Arrivé (produits élaborés de volaille) à Chavagne en Paillers (85)
-Arrivé (produits élaborés de volaille) à Ste Hermine (85)
-Arrivé aux Essarts (85)
-Arrivé à St Fulgent (85)
-Arrivé Auvergne à St Germain des Fossées (03)

-Corico (Dinde) à Monsols (69)

-SNV (Ex-Doux) (Poulet) à Laval (53), repris à Doux en septembre 2012

-Celvia (Ex-Doux) (Découpe de Poulet) à Sérent (56), repris à Doux en septembre 2012

-Volailles Boscher (Poulet) à Mûrs de Braetagne (22)

-Farmor (produits élaborés) à Guingamp (22)

- 

 

Repost 0
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 17:44

Fondée en 1948 à Vibraye, au coeur du pays Sarthois par Léonard FASSIER, reprise ensuite en 1956 par Jean-Louis FASSIER, cette charcuterie familiale s'est dotée de recettes exclusives et d'un savoir faire reconnu par la profession. Jean-Luc FASSIER, petit-fils du fondateur, est maintenant le Directeur Général de la charcuterie.

 

Peu connue du grand public, cette société est l'un des leaders du marché de la charcuterie en RHD (restauration hors domicile). Avec un effectif de 215 personnes, cette charcuterie travaille essentiellement avec les grossistes, collectivités et cash & carries. L'activité en GMS tend à se développer par le biais de produits spécifiques de traditions (salaisons, cochonailles, rillettes...) et d'une implantation progressive dans les rayons  des magasins.

Les deux métiers principaux de Fassier :

- la découpe de porc frais (l'activité abattage ayant disparue au cours des années 60)
- la transformation de la viande de porc et de volaille sous forme de charcuteries

A noter l'utilisation intégrale des carcasses entrant dans la charcuterie. En effet, Fassier dispose d'un personnel expérimenté et la présence d'un atelier de découpe à destination de la transformation est une chose suffisamment rare en France pour être soulignée. Cette activité permet à Fassier de maîtriser ses approvisionnements et de travailler ses produits avec plus de fraîcheur.

Le CA de la maison Fassier est stable : 38 M€ en 2007.

Outre le fait que l'entreprise achète et découpe ses carcasses de porc, Fassier demeure une charcuterie atypique pour bien des raisons. D'abord, celle-ci dispose d'une gamme dite de "généraliste" mais de qualité. Du jambon aux épaules, en passant par les boudins, tripes, mousses, terrines, saucisses, cochonailles et les inévitables rillettes, Fassier a fait le choix d'emblée de répondre à quasiment toutes les formes possibles de charcuteries.

Fassier est aussi une charcuterie atypique car, indépendante. Pas de grand groupe, ni de multinationale derrière cette belle entreprise mais une famille, ce qui est de plus en plus rare par les temps qui courent.

Enfin, Fassier est atypique de par sa taille mi-régionale, mi-nationale et son implantation pregnante sur le marché RHD.


Bien que très discrète, Fassier est un des fleurons de l'agroalimentaire sarthois, gageons que la qualité de ses charcuteries lui permette de se développer davantage auprès du grand public et des palais avertis. Cette entreprise le mérite à bien des égards.

Repost 0
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 12:01

Impossible de parler des pionniers des rillettes du Mans sans parler de la charcuterie de Connerré : Maison PRUNIER. Peu connue du grand-public, cette charcuterie a réussi à se forger une solide réputation entre les deux grands leaders de la rillette : LBC et Bahier.

L'histoire des Rillettes de la Sarthe se mêle étroitement à celle de la famille PRUNIER à travers cinq générations. Elle commence au début du siècle. Au coeur d'une région d'élevage de porcs, Connerré bénéficiait d'une situation privilégiée : importante foire porcine et tradition charcutière ancrée, notamment des rillettes depuis le XVIIIè siècle.

Cette situation allait être à l'origine, dans les années 1900, du développement des ventes rillettes pur porc. C'est Albert et Blanche LHUISSIER, les arrières-grand-oncle et tante de Christian PRUNIER (PDG actuel éponyme de l'entreprise), qui les premiers leurs feront franchir commercialement les limites de la province grâce au chemin de fer et à l'automobile.

Au début de XXè siècle, Maurice-Jules PRUNIER, le grand-père du dirigeant actuel fait son apprentissage de charcutier chez son oncle et sa tante : Albert et Blanche LHUISSIER. Il dirige l'entreprise avec sa tante, en l'absence de son oncle parti à la guerre 1914-1918. Il quitte la première véritable fabrique de rillettes pour fonder, avec sa femme Juliette, leur propre charcuterie à Saint-Calais, à une vingtaine de kilomètres de Connerré. C'est en 1931, qu'il reprend une charcuterie à Connerré.

Après la seconde guerre mondiale, Maurice-Julien succède à son père à la tête de l'entreprise. L'entreprise qu'il dirige avec sa femme Paulette, née COUDRAY (du nom de la fameuse charcuterie Connerréenne récemment disparue), crée une vaste gamme de nouveaux produits, se transforme et devient un employeur important de Connerré.

En 1981, date à laquelle Christian PRUNIER reprend les rênes, s'ouvre l'ère des procédés de fabrication d'aujourd'hui, en concentrant sa gamme sur trois produits : pâtés, ballotines et rillettes.

La qualité reste au sommet comme en témoignent les nombreuses récompenses obtenues tant en France qu'à l'étranger. C'est donc tout naturellement que la qualité des rillettes PRUNIER se voit récompensée régulièrement au concours des rillettes de Mamers et au concours général agricole de Paris. En 2008 à Paris, elle a même obtenu la Médaille d'or pour ses rillettes d'oie et médaille de bronze pour ses rillettes de porc dans la catégorie des charcuteries de type industriel. Pas étonnant donc, lorsqu'on sait que cette entreprise utilise du porc label rouge issu de la Sarthe pour la fabrication de ses délicieuse rillettes.

Aujourd'hui, PRUNIER emploie un centaine de salariés. Ses produits sont distribués en GMS, grossistes ou détaillants et elle possède une clientèle fidèle et avisée. Aussi, ce n'est pas par hasard si PRUNIER peut se targuer d'être le fournisseur officiel du mythique grand magasin "Le Bon Marché", rue du Bac à Paris. Ses charcuteries sont de haute qualité et valent dans bien des cas les rillettes de certains artisans.

La pérennité et l'indépendance de l'entreprise semblent être assurées, puisque deux fils de Christian PRUNIER, Léonard et Théophile se préparent à poursuivre le développement de la Maison PRUNIER, dans des valeurs du terroir des rillettes du Mans : la convivialité, l'authenticité et la tradition.

Repost 0